Paris qui dort

Ces membres de Muzzix font partie de Paris qui dort : Nicolas Mahieux, Stefan Orins.

Film de René Clair / France / 1923-25 / 36min / N&B / VO
Avec : Henri Rollan (Albert), Martinelli (le savant fou), Albert Préjean (l’aviateur), Madeleine Rodrigue (Hesta, la passagère), Myla Seller (la fille du savant)

Images surréalistes et poétiques d’un Paris endormi,
accompagnées en musique live
par Stefan Orins (piano) et Nicolas Mahieux (contrebasse)

Musique originale composée par Stefan Orins


René Clair signe son premier film en 1923, Paris qui dort, qui frappe par son influence surréaliste.

L’HISTOIRE

Paris. Un soir, le soleil se couche, comme d’habitude. Le lendemain, Albert, le gardien de la Tour Eiffel, qui a passé la nuit sur la troisième plate-forme, se réveille à dix heures, étonné par le silence. Il s’aperçoit que rien ne bouge et descend en ville. La vie est arrêtée, les habitants demeurent figés dans leurs mouvements, et toutes les horloges restent bloquées sur 9 h 25… Les passagers d’un avion qui vient de se poser à l’aéroport semblent aussi échapper à la mystérieuse léthargie .
Nous assistons alors à des scènes incroyables où, dans les rues d’un Paris incroyablement calme, le groupe se livre à de gargantuesques ripailles, force les coffres de la banque de France et, du haut de la dame de fer, contemple tout un monde qui désormais leur appartient. Mais, comme le dit si bien un personnage « A quoi sert autant d’argent lorsque l’on s’ennuie ? »
Un appel de détresse vient soudainement rompre la monotonie de leur retraite. Une voix féminine se fait entendre, qui leur donne rendez-vous dans une rue de la capitale. Il s’agit de la fille d’un célèbre personnage, le professeur « Ixe », qui vient de mettre au point une redoutable invention : le rayon lourd…

Au travers d’un intrigue qui relève du fantastique, la volonté de Clair est d’établir un cinéma poétique.

LA MUSIQUE

Nicolas Mahieux et Stefan Orins proposent d’illustrer le Paris des années 20 par un jazz généreux. L’aspect poétique et surréaliste du film offre aux musiciens une palette variée, voguant entre la blue note et le up tempo ou encore la ballade mélancolique. Les descentes infernales de la Tour Eiffel sont rythmées de mesures impaires, et le professeur IXE se voit doté d’un thème arithmétique. Stefan Orins, fort de ses 13 années d’expériences de composition pour le cinéma muet, nous propose ici une musique qui se veut la plus fidèle aux premières images de René Clair. Accompagné par un virtuose de la contrebasse, Nicolas Mahieux, ce duo est vivifiant et permet d’apprécier à sa juste valeur ce film si longtemps oublié.

En partenariat avec le Goethe Institut de Lille et le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Nord

Muzzix est un collectif d’une trentaine de musiciens basé à Lille. L’univers musical va du jazz contemporain à la musique expérimentale et improvisée, sous des formes très variées, du solo aux grands orchestres, du concert à l’installation sonore ou la performance.
en savoir plus

s'inscrire à
la newsletter

Association Muzzix
51 rue Marcel Hénaux
59000 Lille
Tel : 33 (0)9 50 91 01 72

Siret 488 261 355 00017
APE 9001Z
Licences n°2-1062227
et 3-1062228

Contact