L’OGR "GOJIRA"

Ivann Cruz (guitare), Raphaël Godeau (guitare), Christian Vasseur (guitare), Sébastien Beaumont (guitare et composition) 
Musique pour quatuor de guitares


4 têtes, 16 membres, 24 cordes en acier, des dispositifs d’effets sonores comme autant d’excroissances et de déformations. L’OGR est un monstre qui raconte… les Monstres.
Ogres, chimères, bestiaire mythologique. L’OGR propose une description musicale de personnages fantastiques. GOJIRA est la première pièce issue de cette démarche. 

GOJIRA, la pièce
La puissance et les possibilités sonores qu’offre un quatuor de guitares électriques en font un redoutable outil de description musicale. C’est cette qualité qui a motivé l’écriture.
L’observation du monstre du film d’Ishirô Honda de 1954, la littérature qu’a engendrée ce personnage sont autant de données qui ont inspiré la musique. Le dialogue permanent avec le film est perceptible sans être omniprésent. Ici le concept n’est pas « ciné-concert » mais bien une écriture inspirée de l’histoire du GOJIRA.

L’OGR propose une musique qui retrace l’épopée de GOJIRA. La pièce se découpe en 6 mouvements et suit la chronologie du monstre, de son réveil à son agonie sous-­‐marine.  

J’ai voulu une écriture sur plusieurs plans. Tantôt des passages qui créent une sensation physique comme dans « la Marche », le deuxième mouvement de la pièce ; tantôt des passages qui éveillent plutôt des images intérieures. Pour moi, l’idée et le son doivent être intimement liés. Quand on joue « la Marche », on n’est pas dans le même état que lorsqu’on joue « l’Agonie », le sixième et dernier mouvement.
S.Beaumont 

GOJIRA, le monstre sorti du film
GOJIRA, plus connu sous le nom de Godzilla, est un monstre sorti de l’imagination du producteur de cinéma japonais Tomoyuki Tanaka. Le film réalisé par Ishirô Honda en 1954, 9 ans après le largage de deux bombes A sur Hiroshima et Nagasaki, a un écho retentissant dans la société japonaise mais il est fortement censuré aux Etats-­‐Unis où il sera remonté. 
 
Résumé
Une créature abyssale est réveillée par des essais nucléaires. La puissance dévastatrice de GOJIRA va s’exercer sur l’île d’Honshu et en particulier sur Tokyo. Le monstre paraît invincible jusqu’à l’intervention d’un chercheur qui met au point une bombe à oxygène, seul salut possible pour le genre humain. Le sacrifice du scientifique ne sera pas vain mais d’autres monstres sommeillent toujours.

GOJIRA, le livret
Distribué au public avant le concert

Japon, 1954…

Premier mouvement : Le Réveil
A la suite d’une explosion nucléaire sous-­‐marine, des événements troublants ont lieu au large de l’île d’Honshu au Japon. Les informations confuses qui proviennent de deux navires qui sillonnent la zone ne font qu’augmenter l’angoisse à terre. Des témoignages parlent d’un monstre qui aurait été réveillé et qui sèmerait la terreur sur un îlot de l’archipel. Des scientifiques se rendent sur place et étudient les traces du monstre. 
  
Deuxième mouvement : La Marche
Soudain surgit le GOJIRA (ou Godzilla version française), un immense lézard de 50m de haut à l’allure pataude et très en colère. S’ensuit un jeu de cache-cache avec les habitants de l’île jusqu’à ce que GOJIRA disparaisse comme il était apparu. A Tokyo, un débat entre politiques, scientifiques et représentants de la population fait rage sur la pertinence d’avertir les habitants ou non. Statu quo, l’attente s’installe.   
  
Troisième mouvement : Le Guet
GOJIRA a été vu dans la baie de Tokyo, il attend, apparait, disparait, terrorise. La puissance du monstre affole mais son intelligence stratégique le rend encore plus terrifiant.
  
Quatrième mouvement : La Ville
De quartier en quartier, la nouvelle se répand. Les habitants vivent au rythme des déplacements de GOJIRA, la tension s’accroit. Pendant ce temps, un 
scientifique a créé une arme redoutable capable d’anéantir GOJIRA mais sa diffusion risque d’être encore plus meurtrière si certaines nations se la procurent. Le dilemme de la découverte scientifique en réponse à une situation d’urgence… 
  
Cinquième mouvement : La Bataille  
L’armée entre dans le jeu. GOJIRA n’est pas inquiété par les tirs d’artillerie qui n’ont aucun effet sur sa solide cuirasse. Il dévaste et enflamme des quartiers entiers de la ville. L’armée est impuissante, la population désespère. Seule l’aviation contrarie GOJIRA et le pousse à regagner les profondeurs. 
  
Sixième mouvement : L’Agonie 
Apres le désastre causé par GOJIRA, notre scientifique prend la décision de l’anéantir. Mais il faut garder le secret de sa terrible découverte. La seule solution pour lui est le sacrifice et il mourra avec GOJIRA dans un lyrisme morbide sous les yeux de ses compagnons. 

www.myspace.com/logractu 


> Retour à l’OGR

Muzzix est un collectif d’une trentaine de musiciens basé à Lille. L’univers musical va du jazz contemporain à la musique expérimentale et improvisée, sous des formes très variées, du solo aux grands orchestres, du concert à l’installation sonore ou la performance.
en savoir plus

s'inscrire à
la newsletter

Association Muzzix
51 rue Marcel Hénaux
59000 Lille
Tel : 33 (0)9 50 91 01 72

Siret 488 261 355 00017
APE 9001Z
Licences n°2-1062227
et 3-1062228

Contact